saumur-agglo doue-la-fontaine loire-longue gennois

Le plan de soutien pour l'agriculture

L’agriculture est des filières retenues par la stratégie 2020 du territoire.

La spécificité et la performance des activités agricoles sont reconnues : cultures maraîchères, viticulture, arboriculture ou horticulture > Consultez le projet agricole réalisé en 2010 par la chambre d'agriculture et les professionnels du territoire.

En réponse à ces préoccupations, un Plan de soutien à l'agriculture a été retenu dans le cadre du programme "agir pour" co-travaillé avec la Région des Pays de la Loire et l'agence régionale des Pays de la Loire, en 2013, et précisé en mai 2015.

Objectif : donner des possibilités au tissu agricole local de développer ses débouchés et faciliter l’intérêt du métier et les reprises d’exploitation. 

Trois axes ont été retenus pour agir :

  • la structuration du foncier agricole et des infrastructures,
  • la commercialisation des produits,
  • l’innovation des productions et des savoir-faire.

Le Grand Saumurois est l'initiateur mais ne porte pas directement les actions. Son but est d'identifier les freins et les leviers, et d'inviter les acteurs - producteurs, entreprises - à se mobiliser pour mettre en place les outils à déquats. Cettte action est reprise par l'agglomération Saumur val de Loire au 1er janvier 2017 : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. service développement économique et attractivité 02 41 40 45 50.

Espace de téléchargement

Des pistes pour favoriser la commercialisation locale

Comment développer les débouchés de commercialisation agricole locale ?
Le Grand Saumurois est l'initiateur de l'action "commercialisation". Son but est d'identifier les freins et les leviers, et d'inviter les acteurs - producteurs, entreprises - à se mobiliser pour mettre en place les outils à déquats.

Relayer marchés et produits

L’une des opportunités est de mieux relayer la production des fruits et légumes locaux vers les marchés de la restauration collective locale. On entend là toutes les restaurations collectives présentes sur le territoire, pas seulement celles relevant du scolaire, mais aussi les secteurs commerciaux ou médicosociaux.

Sur ce point, la demande en produits locaux est réelle et croissante. Elle répond aussi à une attente de qualité. Mais cette demande de la restauration collective est contrainte par des budgets, des conditions de réception, des attentes de produits. Le contexte est cependant favorable du fait du développement des cuisines centrales. Il s’agit donc de reprendre les actions réalisées ces dernières années, de se nourrir des expériences et plateformes existantes, et d’estimer le panorama des opportunités de commercialisation locale. Le Parc naturel régional agit notamment en faveur des circuits-courts avec d'autres partenaires, et en faveur du développement durable.

Produire et transformer

Cet axe de travail ne suffit pas car l’offre doit rejoindre la demande. La production en fruits et légumes doit correspondre à l’attente de commercialisation locale. Les coopératives peuvent jouer un rôle de régulation et d’organisation auprès des producteurs. Ce peut être une garantie de production et de régularité sur l’année avec source d’emplois. C’est aussi complémentaire aux tentatives de retour en régie directe pour certains services de restauration municipale.

des acteurs organisés et volontaires

L’essentielle pour que ce projet fonctionne sera d’avoir une organisation des acteurs locaux, avec l’envie de s’impliquer dans cette dynamique collective. Et de s’assurer que le programme soit financièrement et techniquement viable et durable. C’est l’enseignement retenu à l’écoute des programmes portés dans d’autres territoires en France.

Le Grand Saumurois porte une étude de définition sur ce sujet : ses conclusions rendues en 2016 en indiquant notamment la viabilité financière sur le long terme des pistes proposées. Cette étude sera menée avec les acteurs locaux impliqués dans le sujet de la commercialisation. Les acteurs professionnels du secteur seront alors inviter à poursuivre le travail, selon leurs envies communes d’agir.

Préserver le foncier et transmettre

Saumur agglo porte un projet de structuration du foncier et d'aide à la transmission des exploitations. Le forum qu'elle a organisé le 6 novembre 2015 ia réuni plus de 80 professionnels du territoire. UNe convention doit prochainement être signée avec la Chambre d'agrticulture. 

Le Grand Saumurois agit à travers le SCoT : L’agriculture est l’un des axes de la stratégie européenne 2020 du Grand Saumurois. Le programme européen LEADER apporte une aide financière pour les actions collectives en faveur de l'agriculture. 
L’économie de l’espace au profit du maintien des terres agricoles sera inscrite dans le document d’urbanisme à grande échelle qu’est le SCoT. Le développement agricole relève aussi d’une nouvelle manière de concevoir l’urbanisme, les villes et villages.

Une méthode partenariale

Les acteurs de ce programme seront d'abord les professionnels. Le Grand Saumurois est présent pour animer la démarche aux côtés de ses partenaires : la chambre d'agriculture, les intercommunalités, le PNR. Ils sont tous membres du groupe de travail qui  suit l'avancée du Plan. 

Des personnes ressources et pilotes sont identifiées pour mener les actions. Le Grand Saumurois n'est qu'initiateur.

Quelques données : l'agriculture

L'agriculture valorise 52% du territoire, 16 118 salariés soit 39 % des salariés du département sur ce même secteur mais seulement 3 528 emplois ETP dont près de 50% dans les cultures végétales spécialisées.
La diversité des productions et la prédominance du végétal (grandes cultures) et notamment du végétal spécialisé à haute valeur ajoutée (viticulture, maraîchage, horticulture, pépinières (rosiers notamment), semences...) et des champignons. 
C'est aussi :
  • Le pôle de compétitivité du VégétalSpécialisé« Végépolys » et celui d’Atlantic biothérapies avec le Laboratoire Brothier.
  • le MIN de Vivy, antenne de celui d'Angers, 
  • la zone végéparc de Longué Jumelles et des entreprises reliées à l'agroalimentaire ou à la distribution.
  • Les Plates-formes Régionales d’Innovation : pour la rose et la pépinière du Douessin ; « Vignes et vins » dans laquelle s’inscrit le Lycée Edgard Pisani de Montreuil-Bellay.

Les partenaires : 

anjou conseil generaltop logo CA49pnr